Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FO Pôle emploi Grand Est

Les infos sur le CHSCT Lorraine du 27 mars 2017

Publié le 29 Mars 2017 par FO Pôle Emploi Grand Est in CHSCT

Trajectoire Gestion de Droits

 

Le cabinet SECAFI a présenté son rapport d’expertise sur le projet Trajectoire GDD, avant le rendu d’avis par le CHSCT. Au vu des problèmes d’objectivité des calculs de charges de travail et de calendrier plus que lointain, FO ne peut qu’émettre un avis négatif sur ce projet déstructurant.

 

Pour rappel, le but est de transférer une proportion importante des ressources GDD (agents GDD à temps plein, agents bi compétents, …) vers le versant placement de Pôle emploi, sous couvert d’une hypothétique baisse de l’activité (baisse de la contribution à l’inscription, à l’accueil, …) et de la charge de travail (augmentation du traitement automatique des DAL, externalisation de la saisie des AE d’ici avril 2017, …) de l’indemnisation. Le territoire lorrain est fortement impacté pour ce qui concerne ses agents GDD et bicompétents.

 

L'expertise a montré « le caractère irréaliste des objectifs du projet Trajectoire GDD tant au niveau de la cible effectif que du calendrier ». Elle confirme aussi les alertes des organisations syndicales sur l'absence de baisse de la charge de travail et sur la dégradation des conditions de travail des agents et encadrants, influant négativement sur leur santé. Le calcul de la charge de travail ne prend pas en compte la réalité actuelle du travail d’indemnisation ni les nouvelles activités (fort certainement généralisées d’ici la fin de l’année 2017) de traitement de la file indemnisation du 3949 par l’agence d’affectation de l’usager et de l’octroi de portefeuille de demandeur d’emploi dans le cadre du conseiller référent indemnisation.

 

Pour la période de transition, la Direction maintient que les mobilités professionnelles seront progressives, conditionnée à la fois au volontariat des agents mais aussi à l’effectivité des baisses de charge projetées, au taux de premier paiement dans les délais et du taux de satisfaction des demandeurs d’emploi.

Elle indique que les salariés non volontaires garderaient leurs activités GDD dans leur agence actuelle, même si l’effectif cible d’agents GDD n’est pas atteint.

 

FO conseille fortement aux agents concernés, hésitant sur la question de la mobilité professionnelle, de reporter leur décision en attendant de voir si la baisse de charges se fait réellement ou non. Le rapport d’expertise a bien pointé que la Direction espérait atteindre l’effectif cible pour 2018, voire 2019.

Par ailleurs, les conditions de travail et la charge de travail des salariés restant sur l’activité indemnisation inquiètent fortement notre organisation syndicale. Quand on divise par deux les effectifs GDD d’agence, les activités (accueil, traitement de dossier, …) sont réparties entre un faible nombre de personnes. Toutes les absences (congés, arrêts maladies, …) et les temps partiels seront rapidement sources de tensions, notamment sur les sites où il ne resterait plus que 4 ou 5 agents GDD (Exemple : Lunéville, Montigny les Metz, …).

 

Pour toutes ces raisons, l’ensemble des élus du CHSCT Lorrain a voté contre ce projet et a fait la demande d’une mise en place d’un groupe de travail, en amont de la mise en œuvre, afin d’évaluer la réalité de la baisse d’activité, agence par agence.

 

Refus catégorique de la Direction qui nous renvoie au « dialogue social »… Lequel ?

 

La Direction souhaite ainsi mettre en place un cabinet externe pour « accompagner l’agent dans « sa prise de décision », ce qui, pour l’ensemble des élus du CHSCT Lorrain apparait comme une nouvelle provocation d’une part. Les agents bi compétents, eux, n’auront pas le choix. Certains collègues GDD, reconnus « experts », préféreront renoncer, sachant qu’ils vont devoir, sous la pression, ne traiter que les dossiers dits « complexes » sans bien sûr, aucune reconnaissance.

De plus, les ELD sont également contraintes (pour la majorité) de porter un projet qu’elles ne partagent pas, bien conscientes des tensions qu’elles vont devoir arbitrer.

 

Enfin les élus du CHSCT déplorent l’absence d’un plan de prévention sur la souffrance au travail spécifique à ce projet et appellent tous les agents à ne pas se positionner à l’occasion des EP/EPA avant d’avoir pris connaissance de l’ensemble des éléments de documents factuels qui leur permettront de faire un choix éclairé.

 

Le prochain CHSCT aura lieu le 8 juin 2017.

Vous pouvez joindre vos élus FO à l’adresse : syndicat.fo-acal@pole-emploi.fr